Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La SEP entraîne progressivement une perte neuronale : les neurones dont la myéline est trop abimée perdent leur fonction de transport du message nerveux et finissent par mourir.

Au bout de quelques années dévolution, il existe donc une perte de neurones : on parle d'atrophie corticale.

Il ne s'agit pas de dramatiser. La SEP est une maladie sérieuse, aux conséquences éventuellement importantes sur l'autonomie physique et psychique MAIS :

- chaque profil de maladie est différent au point que la comparaison des cas est difficile tant l'évolution est individuelle et personnelle

- l'évolution de la maladie est imprévisible : certains patients restent tranquilles des années, ont des pauses dans l'évolution de leur maladie ; d'autres ont des formes très agressives, rapidement invalidantes. Le plus difficile est de ne pas pouvoir s'imaginer de quoi le lendemain sera fait...

La SEP, une maladie dégénérative

- le cerveau est un organe encore mystérieux mais l'on sait que toutes les régions ne sont pas indispensables pour une vie autonome. Il est évident qu'il vaut mieux ne pas avoir de lésion cérébrale mais certaines lésions cérébrales, dans des endroits non stratégiques, passent parfois inaperçues. De nombreuses zones du cerveau effectuent probablement le même travail (principe de redondance) : lorsqu'une zone est lésée, une autre zone fait son travail (de façon un peu moins efficace, un peu moins rapide, mais le travail est finalement effectué). De plus, le cerveau bénéficie d'une plasticité : une zone peut apprendre à faire ce que la zone lésée faisait. Le cerveau fait ce travail d'allocation de neurones à de nouvelles tâches en permanence, à chaque apprentissage...

Bref, même si la perte de neurones est pratiquement inéluctable et participe à la survenue d'un handicap progressivement de plus en plus important, longtemps il est possible de compenser cette perte neuronale.

Les médicaments vont par ailleurs tenter de réduire au maximum cette perte neuronale. On peut par des exercices avec les neurosychologues, les orthophonistes, les ergothérapeutes renforcer les stratégies adaptatrices pour maintenir les activités dans la vie quotidienne au même niveau.

Même quand la perte neuronale est importante, les perturbations de la SEP ne sont pas superposables à celles d'une maladie de la mémoire chez le sujet âgé. Il y a des difficultés spécifiques, pas une amnésie aussi totale que dans l'Alzheimer...

Tag(s) : #SEP, #Oise, #1 Présentation générale

Partager cet article